calvitie homme

La calvitie chez l’homme a pour origine la génétique et les hormones. On parle alors d’alopécie androgénétique. Elle entraine un épuisement du capital capillaire et une miniaturisation des cheveux. Au stade terminal, il n’y a plus de cheveux et le patient est chauve.

L’alopécie androgénétique est la cause la plus fréquente d’alopécie chez l’homme : trois facteurs, au moins, sont prépondérants : l’âge du patient, l’hérédité et la physiologie du cheveu. Environ 30% des hommes seront concernés par ce type calvitie à leurs 30 ans, et 80% à leur 80 ans.

Au niveau de la génétique, beaucoup des gènes ont été identifiés en lien avec la structure du cheveu, son développement et son risque de chute. Certains de ses gènes sont situés sur le chromosome X (transmis par la mère à son fils) et certains sont des gènes présents sur des chromosomes autosomes, comme le chromosome 20.

Au niveau hormonal, la dihydrotestostérone (DHT) obtenue par l’action de l’enzyme 5 alpha-réductase sur la testostérone,  modifie  l’équilibre des cycles pilaires. Elle induit un turnover trop rapide du cycle pilaire, une miniaturisation des cheveux et le dégarnissement progressif de la chevelure. Le capital des cycles pilaires s’épuise.

Cette évolution est reprise par la classification de Norwood et Hamilton chez l’homme, qui permet d’évaluer le stade de la calvitie du patient.

Cette alopécie induit inexorablement un aspect plus vieilli du visage, plus ou moins bien vécu et considéré par le patient.

Stade 1 : Creusement des golfes temporaux et/ou frontaux.

Stade 2 : Creusement plus important des golfes temporaux et/ou frontaux. Début de recul de la ligne frontale.

Stade 3 : Recul de la ligne frontale établi. Creusement plus profond des golfes temporaux et/ou frontaux. Début de tonsure (atteinte du vertex).

Stade 4 : Majoration du stade 3, avec extension à la zone intermédiaire (midscalp).

Stade 5 : Confluence des zones alopéciques antérieures et postérieures.

Stade 6 : Majoration du stade 5, avec recul postérieur de la zone du tourbillon.

Stade 7 : Stade terminal. Alopécie hippocratique, ne persiste qu’une couronne de cheveux s’étendant des tempes à la nuque.

Le diagnostic est souvent clinique. Il est souvent conforté par une analyse de la peau du crâne, des cheveux et parfois une prise de sang.

Au niveau médical

Le Finastéride : médicament reconnu pour bloquer l’enzyme 5 alpha réductase. Il permet une stabilisation de la calvitie.

La photobiomodulation LLLT : il s’agit d’une lumière « froide » qui va stimuler et dynamiser le cheveu au niveau cellulaire.

Le PRP : injection autologue de facteurs de croissance. L’action est profonde au niveau du bulbe capillaire.

La mésothérapie : injection de nutriments et antioxydants directement au niveau de la peau du crâne pour densifier les cheveux.

Le Minoxidil : mousse en application directe sur les zones dégarnies pour augmenter le calibre des cheveux miniaturisés et limiter leur chute.

Au niveau chirurgical

Greffe de cheveux FUE : il s’agit d’un prélèvement d’unités folliculaires (cheveux par cheveux) à l’arrière du crâne.

Greffe de cheveux FUT : il s’agit d’un prélèvement d’unités folliculaires (par bandelette de tissu cutané et sous-cutané) à l’arrière du crâne.

 

La tricopigmentation : il s’agit d’une technique médicale et artistique de pigmentation de la peau du crâne permettant de recréer un effet de densité capillaire.

 

Hérédité, Temps et âge, Action de la DHT

Evolution progressive dès 20 ans

Epuisement progressif du capital pilaire